Le s-commerce est-il en échec ?

Imprimer

Après l’avènement du e-commerce, c’est aujourd’hui le s-commerce qui semble représenter l’avenir du commerce en ligne. Focus sur cette nouvelle tendance marketing.

Qu’est-ce que le s-commerce ?

Le s-commerce, abréviation de social-commerce, n’a pas vraiment de définition précise. Son périmètre de définition est assez étendu. On peut définir le s-commerce par l’utilisation des réseaux sociaux pour développer les ventes d’une marque. Le s-commerce peut donc être mis en place directement sur les réseaux sociaux, ou alors sur un site de vente ou encore en magasin grâce aux applications de partage et de recommandation. Dans ce cadre, c’est une définition très large du s-commerce qui est donnée. Si l’on veut établir une définition plus précise, on peut considérer que le social-commerce ne concerne que les achats réalisés directement sur les réseaux sociaux. Afin d’être  l’origine de transactions, les réseaux sociaux tels que Facebook® ou Twitter doivent soit intégrer des espaces marchands dans leurs pages, soit donner une dimension sociale à l’achat. Cette dimension sociale s’exprime au travers des achats partagés ou du co-shopping, par exemple.

L’état du s-commerce en France

Selon une étude menée en ligne par GMI* en avril 2013, sur un panel de 1001 français utilisant au moins un réseau social, seuls 24% d’entre eux déclarent consulter les réseaux sociaux pour se renseigner avant d’acheter. En tête des réseaux sociaux consultés arrivent Facebook® (24%) et loin derrière Twitter (5%). Mais l’étude révèle que 27% de ces utilisateurs de réseaux sociaux dans le processus d’achat visionnent les photos du produit qu’ils souhaitent acheter avant de s’intéresser à son évaluation. Cependant, il ne faut pas négliger le pouvoir décisionnaire des réseaux sociaux. En effet, selon l’étude, sur ces six derniers mois, 32% des personnes souhaitant réaliser un achat ont finalement changé d’avis après avoir visionné des commentaires négatifs. Cette tendance est encore plus forte chez les 18-24 ans qui sont 43% à faire leurs achats en prenant en compte l’avis des internautes.

Les français ne sont pas prêts à acheter sur les réseaux sociaux

Selon l’étude GMI, les internautes utilisent principalement les réseaux sociaux pour s’informer des avis client. Nous serions seulement neuf pourcent inscrit sur les réseaux sociaux à acheter à partir de ces sites. Et seulement 7% d’entre nous estiment le f-commerce (commerce sur facebook) fiable. Ne serions-nous tout simplement pas prêt ?

L’état du social-commerce est donc assez fragile en France il n’en est encore qu’à ses balbutiements. En attendant, si vous avez un site de e-commerce traditionnel mais que vous ne disposez pas encore de module de paiement en plusieurs fois, n’attendez plus pour bénéficier de nos solutions de facilité de paiement. Grâce à E-solutions, faites profiter vos clients d’un paiement en ligne sécurisé.

 

*GMI : Global Market Inside, Inc.

Source : http://www.lsa-conso.fr/le-s-commerce-ou-comment-s-informer-via-les-reseaux-sociaux-avant-d-acheter,141969

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− trois = un

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>