E-commerce VS boutiques physiques : bilan des soldes d’été 2014

Imprimer

Les traditionnelles soldes d’été se sont achevés le 29 juillet dernier, un événement majeur annuel pour l’ensemble des commerçants, web compris. Une nouvelle fois le bilan est en faveur des e-commerçants, face aux boutiques physiques qui accusent le coup. Retour sur quelques chiffres.

Constat général

Les français n’ont pas manqué de participer à événement, ils ont seulement dépensé moins d’après un article du Figaro du 29 juillet dernier et ce, aussi bien en ligne qu’au détour des allées de leurs boutiques préférées. D’après un sondage  du Promise Consulting / Panel on the web, 42% des personnes interrogées déclarent avoir dépensé moins contre 15% revendiquant avoir dépensé plus. Même s’il s’avère que les achats en ligne furent privilégiés par le plus grand nombre, la Fevad constate un recul du panier moyen de 2%. En effet, l’année dernière il était à 113€, contre 111€ cette année.

Pourquoi les achats en ligne on la cote ?

Plusieurs raisons expliquent ce net avantage pour les achats en ligne. La première concerne la cohue dans les magasins, faire ses achats depuis son canapé est un luxe qu’adorent se permettre les français et pour cause, le chiffre d’affaire des e-boutiques dans l’hexagone a fait un bon de 11% selon la Fevad. Autre facteur : les prix ! Alors que certains commerçants en boutique démarrent avec des rabais moins importants, bon nombre d’e-commerçants n’hésitent pas à casser les prix dès le début… Enfin, dernière raison, et non des moindre pour les e-boutiques : les facilités de paiement. Celles-ci favorisent la décision d’achat avec notamment la possibilité d’un règlement en plusieurs fois sans forcément engendrer de frais supplémentaire. Une aubaine.

Côté boutiques physiques, c’est la soupe à la grimace

D’après l’article du Huffigton Post, le 29 juillet dernier, 66% des commerçants déclarent être insatisfaits par les soldes d’été 2014, soit un bond éloquent de 20% par rapport à l’année dernière. Pour Phillipe Jourdan  membre de l’AFM, de l’AMA, de l’ACR et du Club Sénat.fr. « Les soldes sont ainsi boudés parce qu’ils ne correspondent plus autant à un moment festif, d’enchantement sur le point de vente ». En effet, toute l’année le consommateur bénéficie de bonnes affaires et les ventes privées, pratiquées de plus en plus par nos enseignes.

Selon le Figaro, ont été privilégiés cette année, les « achats coup de cœur » aux « achats compulsif », que l’on retrouve surtout en période de croissance. Aujourd’hui l’heure est au choix de produits dont on a réellement besoin. A compter du 1er janvier 2015, les soldes flottants seront supprimés, si bien que les deux soldes annuels seront prolongés de 7 jours, peut-être un moyen d’inverser la tendance, on ne peut plus maussade de 2014 ? Rendez-vous le 7 janvier prochain pour les premiers constats des soldes d’hiver.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre + = treize

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>